Mon fantasme sexuel est-il normal ?

Mon fantasme sexuel est-il normal ?

par Audrey Andrews

le 6 août 2021

Imaginez : vous êtes dans un magasin avec un ami et vous choisissez chacun un paquet de chips. Vous sélectionnez des chips salées, et il les préfère au sel et au vinaigre. L’un d’entre vous est-il bizarre ? Bien sûr que non.

Eyes-Blindfold-850x580_1

Exactement comme pour notre choix de chips, ce qui éveille notre désir varie énormément d’une personne à l’autre. Après tout, le monde serait bien ennuyeux si nous aimions tous exactement la même chose.

Il en va de même pour les fantasmes sexuels : si nous avions tous les mêmes, le sexe ne serait pas aussi excitant et revigorant.

La nouveauté ne nous intriguerait pas, nous ne serions jamais surpris par nos partenaires et nous n’aurions rien à explorer ni à découvrir sur notre sexualité.

Si vous vous inquiétez de ce que votre fantasme secret révèle sur vous, nous sommes là pour vous rassurer.

Qu’est-ce qu’un fantasme sexuel ?

Un fantasme est une image mentale qui stimule votre sexualité, fait naître ou croître votre désir.

Nous avons fait beaucoup de chemin dans le domaine de la compréhension de nos fantasmes. En 1973, Dr Alan Fromme, le célèbre psychologue américain, déclarait au public que « les femmes n’ont pas de fantasmes sexuels. »

D’ailleurs, il a fait cette déclaration le mois de la publication du livre précurseur de Nancy Friday Mon jardin secret, un recueil de fantasmes sexuels rapportés par des femmes comme les autres (Alan devait se sentir bien gêné sur le moment).

Nous savons désormais que les hommes et les femmes ont des fantasmes sexuels, et qu’il en existe une myriade.

Certains sont courants (se bander les yeux pendant le sexe, ou les jeux de domination et de soumission) ; certains peuvent être moins répandus. Le plus drôle, c’est qu’il est tout à fait naturel de vous demander si votre fantasme sexuel est normal. Vouloir s’intégrer et ressembler aux autres fait partie de la nature humaine.

Qu’est-ce qu’un fantasme « normal » ?

Si vous craignez que votre fantasme sexuel ne soit pas normal, logiquement, vous pensez que certains le sont.

Essayez d’identifier quels sont ces fantasmes « normaux » à vos yeux et de comprendre pourquoi vous les considérez comme tels, contrairement aux vôtres.

Vous estimez peut-être qu’un fantasme est normal parce qu’il est représenté sous un angle positif à la télévision ou dans un film, comme la pratique du bondage que l’on peut voir dans Cinquante nuances de Grey.

D’autre part, vous avez peut-être entendu des gens discuter de vos fantasmes de façon négative, ce qui vous a fait ressentir de la gêne, et vous avez désormais honte de ce qui vous excite.

La « paraphilie » désigne les fantasmes, situations ou comportements sexuels atypiques. Fait intéressant, personne ne peut tracer précisément la frontière entre ce qui est un fantasme inhabituel et ce qui relève d’une paraphilie (après tout, l’homosexualité a été considérée à tort comme une paraphilie pendant des siècles).

En 2014, une étude canadienne sur les fantasmes sexuels a conclu que « la prudence est de mise avant de taxer un fantasme sexuel d’inhabituel, et plus encore d’anormal. L’attention devrait se porter sur l’effet du fantasme sexuel et non sur son contenu ».

En d’autres termes, ce n’est pas parce qu’un scénario particulier nous excite que nous comptons le réaliser.

Que faire si vous vous inquiétez

Voici quelques conseils pour ceux et celles qui sont préoccupé·e·s ou qui ont honte de leur fantasme sexuel :

  1. Parcourez les différentes catégories d’accessoires et de costumes sur le site de Lovehoney. Si nous proposons des produits qui correspondent à votre fantasme, c’est parce que vous êtes plusieurs à l’avoir.

  2. Internet est un excellent outil pour se sentir membre d’une vaste communauté. Les blogs et les forums permettent de communiquer avec des personnes qui partagent vos préférences (cependant, veillez toujours à votre sécurité en ligne, les ami·e·s !).

  3. Discutez de votre fantasme sexuel avec votre partenaire ou des amis de confiance. Vous pourriez découvrir qu’il n’a rien d’exceptionnel et qu’il ne choque pas du tout vos proches.

  4. Si votre fantasme vous perturbe et que vous avez l’impression qu’il impacte sérieusement votre vie quotidienne, consulter un professionnel ou entreprendre une thérapie peut s’avérer bénéfique.

Vous ne devriez pas vous mettre la pression pour vous conformer à une « norme », que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans la chambre à coucher. Dr Seuss ne pensait probablement pas aux fantasmes sexuels lorsqu’il a écrit la phrase suivante, mais elle reste pertinente :

« Aujourd’hui tu es toi. C’est plus vrai que vrai. Il n’y a pas un être vivant qui soit plus toi que toi. »

Audrey Andrews est étudiante blogueuse pour Lovehoney. Elle aime s’adonner à des projets manuels pendant son temps libre, mais elle vous déconseille de tricoter vos propres préservatifs.

Audrey Andrews

Écrit par Audrey Andrews.

Publié initialement le 6 août 2021. Mis à jour le 6 août 2021
Partager